CoopàCuba

ABC pour une Abuelita…

Cette expo photographique en mode virtuel s'inscrit dans l'ensemble des manifestations que l'Association COOPàCUBA vous propose dans le cadre de l'opération "Femme à Cuba 2021", à partir du 8 mars, Journée Internationale de la Femme.

Stacks Image 1961
Stacks Image 1963

AMOR

A / AMOR
Le marché de Cuatro caminos était, voilà quelques années, le plus vaste marché de La Havane. L’immense halle qui l’abritait occupait la totalité du bloc délimité par les rues Arroyo, Máximo Gómez, Matadero et Mexico Cristina. Malgré un état plutôt délabré, il y régnait en permanence une grande agitation, entre les étals des marchands de fruits et légumes, les stands des bouchers et charcutiers et la multitude de petites échoppes, de buvettes et de comptoirs à sandwiches qui occupaient la face qui bordait la rue Máximo Gómez, que tous les Havanais appellent « Monte » et qui descend du Capitole. Le quartier tout entier, très populaire, était en perpétuelle effervescence. Le négoce y fleurissait dans toute sa diversité, les boutiques d’objets religieux proposaient leur attirail de colliers multicolores, de statuettes en porcelaine et de gros clous rouillés, les marchandes de fleurs tressaient inlassablement bouquets et couronnes de tournesols et les coiffeurs officiaient sur le pavé du trottoir.

Ce petit monde avait bien sûr ses « personnages », les vendeuses de sacs plastiques, les « parqueadores » en gilet rouge (gardiens de parking habillés par « Havana Club »), les marchandes à la sauvette et au jour le jour de produits venus d’on ne sait où, les porteurs toujours prêts à aider au portage des achats volumineux tels qu’un régime de bananes ou quelques livres de tubercules.

La partie basse des murs du bâtiment ménageait à bonne hauteur une corniche en saillie qui accueillait comme un banc, selon l’heure, le sommeil lourd induit par un surplus de rhum, le pique-nique sommaire de voyageurs en transit, ou les moments de bonheurs d’amoureux plus tout jeunes, mais en belle allégresse. Amour d’un jour ou passion de toujours pour mamy et papy pleins d’humour ?

A deux pas de là, sur un pan de mur qui accueille un arrêt d’autobus, un autre amoureux a inscrit « Nada valgo sin tu amor » (Je ne suis rien sans ton amour), belle déclaration mais aussi citation empruntée au titre d’une chanson de Juanes, chanteur colombien très prisé… et que le réalisateur cubain du film « Derniers jours à La Havane » a subtilement intégré au décor de son film… A moins que le graph n’ait été réalisé précisément pour les besoins du tournage ???

Le mystère reste entier, mais l’amour reste vif !

Quant au bâtiment du marché Cuatro Caminos, il a été recyclé, au terme d’un pharaonique chantier géré par des entreprises chinoises et est devenu aujourd’hui un centre commercial ultramoderne dont les quatre façades conservent l’allure de l’ancienne halle et affichent encore, comme gravée dans la pierre, l’appellation originelle « Mercado » !





de A à Z

Une lettre, un mot, des photos, un récit... en hommage à la grand-mère cubaine
Photos, textes et conception : Jacques Burlaud
Réalisation multimédia : Pascal Cottereau